Dernier round (up) pour le glyphosate ?

Posted on

Comment dit-on déjà ? Ah oui c’est ça, le mot en bon français dans le texte c’est « atermoiement ». Les sénateurs, bonne pâte, ont finalement accordé un délai, un sursis de 18 mois au glyphosate, ce pesticide largement controversé, entrant dans la composition du Round up, le produit phare de la firme Monsanto, ceux-là mêmes qui produisent en masse des graines OGM. Entre nous, produire des semences génétiquement modifiées et un pesticide initialement prévu pour tout éradiquer sauf la semence, c’est d’un cynisme commercial absolument ultime, vous ne trouvez pas ? Bon, vous allez me dire qu’en contrepartie, c’est à la fois polluant pour l’environnement et potentiellement dangereux pour nous, les humains ? Dangereux ? Faut voir ! Semblent nous dire nos sénateurs. En même temps, compte tenu de leur âge, ils n’ont plus guère à craindre d’éventuels perturbateurs endocriniens pouvant toucher la reproduction ! N’empêche. Hier sur les ondes de France Inter, on a pu entendre un sénateur, l’inénarrable Jean-Pierre Raffarin, affirmer sèchement : « J’ai voté contre. » Contre le sursis et donc pour l’arrêt de la commercialisation du round up. On a au moins un sénateur qui en a et c’est son dernier mot Jean-Pierre.

glyphosate round up en sursis sur acheterbio

Glyphosate. 800.000 tonnes par an.

Même son de cloche, hier, 6 juin 2016, à Bruxelles. La Commission européenne, qui avait proposé pour le glyphosate un délai de quinze ans, puis de neuf ans, s’est finalement accordé sur une autorisation de dix-huit mois. Nos agriculteurs vont donc pouvoir continuer à répandre sans états d’âme ce produit sur nos terres durant cette période. Songez que, chaque année, il s’en déverse la bagatelle de 800.000 tonnes sur la planète. Au prix du litre, vous comprenez mieux les enjeux économiques que représente l’interdiction du glyphosate dans la communauté européenne ! Il n’y a pas de doute que les lobbys de cette industrie, particulièrement puissants, disposants de moyens financiers de grande envergure, déploient leur stratégie d’attaque. D’autant qu’un ultime comité d’appel est prévu pour le 20 juin prochain.

Malgré les suppliques de Ségolène Royal, ministre français de l’environnement, la France s’est abstenue dans le vote, ménageant la chèvre et le chou, un chou dont on espère pour la chèvre qu’il ne sera pas traité au glyphosate. On craint désormais à Bruxelles une réautorisation provisoire de la substance sur la marché européen. L’histoire du glyphosate n’est donc pas terminée et le round up n’a pas encore mené son dernier round.

• vous pouvez aussi nous suivre sur Facebook et Twitter !