Le T-shirt propre, parfait à tout point de vue

Publié le

J’aime le t-shirt. J’en porte beaucoup, été comme hiver. Au travail comme en week-end ou en vacances, c’est le vêtement passe-partout par excellence. Neutre ou imprimé, il véhicule une certaine conception de la décontraction, popularisé dans les années 60 par un certain James Dean. T-shirt uni blanc, blue jean, mocassins, ça envoyait du rêve, du rêve américain qui s’est imprimé durablement dans la tête des teenagers sur toute la planète. Bref, le t-shirt, c’est cool. Et puis voilà qu’avec le temps, on se prend à réfléchir. Il vient d’où, ce t-shirt qui ne coûte rien, ou presque ? Réponse. Il vient de loin. Et sinon, le matériau, c’est quoi au juste ? Au pire c’est du coton mélangé à une matière synthétique (comme le polyester). Il est fabriqué comment, par qui, dans quelles conditions ? De vous à moi, j’ai préféré ne pas me poser de questions pendant des années. Car le jour où j’ai trouvé les réponses, j’ai réalisé que je n’avais plus envie de cautionner un système qui favorise le business d’un tout petit nombre au détriment de populations entières.

Un jour, tout bêtement, je me suis demandé pourquoi mon t-shirt, mon blue jean, mes chaussures n’étaient plus fabriquées en France. La réponse est assez simple et vous la connaissez aussi bien que moi. Un t-shirt fabriqué en France ne peut pas être vendu au consommateur trois euro. Oui, trois euro. C’est ce que coûte aujourd’hui un t-shirt pour homme en coton, col en V dans une boutique en ligne pratiquant des petits prix…
Le T-shirt propre, parfait à tout point de vue sur le guide acheter bio

Un t-shirt made in France, ça existe ?

• Un t-shirt ça ne peut pas coûter 3 eruro

Trois euro un t-shirt pour homme, taille XL. De ce prix, il faut déduire la TVA française qui est de 20%, on obtient donc un prix net boutique de 2,40€. Dans ce prix, il y a la marge bénéficiaire du vendeur ainsi que l’ensemble de ses charges (gestion du stock, publicité, salaires, charges directes et indirectes, …). Il y a aussi le transport pour importer ce t-shirt qui vient probablement de l’autre bout du monde. Pour mémoire, le Bangladesh est à 8000 kilomètres de Paris. À quel vil prix se négocie un t-shirt, prix net départ usine ? Mieux vaut ne pas le savoir. En revanche, ce que l’on sait avec certitude, c’est les conditions de travail dépourvues de toutes humanité dans ce pays. Des conditions jugées cruelles pour les ouvrières, corvéables à merci, quand il ne s’agit pas d’enfants. Alors il arrive un moment où j’ai refusé de cautionner un système qui me répugne. Non. Un t-shirt ça ne peut pas coûter 3€. Comme le disait si justement ma grand-mère, quand c’est gratuit, c’est trop cher.

• Un t-shirt propre, à tout point de vue

La première chose qui a retenu mon attention, c’est le nom. Le t-shirt propre. Ils auraient pu jouer la carte d’identité nationale et appeler leur collection le t-shirt français, comme le slip du même nom, mais non. Ils ont choisi le mot propre, un mot lourd de signification. Voilà donc une société française qui s’est mis en tête de penser, concevoir, réaliser une collection de t-shirts pour hommes et femmes presque 100% française. Presque, parce que le coton bio vient de Grèce (ou de Turquie), mais à part ça, tout vient de France. De l’étiquette en carton recyclé et des emballages zéro déchet, la teinture éco-responsable, le patronage, la confection et le tricotage, le t-shirt propre revendique sa nationalité française. Dingue ! Un t-shirt fabriqué en France, je pensais que ça n’existait plus. Au delà du cocorico de bon aloi, il faut juste avoir conscience que ce t-shirt fournit du travail à des entreprises, crée de l’emploi, fait vivre des familles. C’est aussi ça, consommer propre. Restait à savoir si la promesse de qualité était tenue. Ni une ni deux, j’ai passé commande.

• Un produit top qualité

Quelques jours plus tard, j’ai reçu mon colis par la poste. Mes t-shirts proprement pliés, joliment présentés, sans sur-emballage. On sent immédiatement qu’on a affaire à un produit de qualité, le coton est épais, c’est du 190gr/m2 rien à voir avec le t-shirt à 3 euro (qui table plutôt à 120gr/m2). Selon notre couturière maison (Hélène, artisane chez Minipop), c’est du bon travail. Bien coupé, bien assemblé, bien fini, du travail propre en somme. Et sur la peau ça ne déçoit pas ! Le coton est très agréable, je sens que c’est un t-shirt qui va me plaire et que je vais beaucoup porter. Petit détail, pour rappeler son origine française, un petit liseret tricolore, très discret, est cousu sur le côté droit avant du t-shirt. Reste le prix. Le t-shirt noir col en V manches courtes coûte 39€, un prix finalement dans les cordes d’un t-shirt de marque, qui lui n’est pas fabriqué en France (mais au Pérou, en Chine ou… au Bangladesh). En conclusion, je suis très content de mon achat. Mon t-shirt est un produit made in France, durable et hautement qualitatif, en coton bio. Oui, décidément, ce nom est parfaitement judicieux. Le t-shirt propre est parfait, à tout point de vue.

voir la fiche boutique en ligne T-shirt propre sur Acheter Bio

Des savons bio écologiques faits main en France par une artisane passionnée

Publié le

La boutique en ligne Savonnerie Buissonnière a une grande qualité. Elle donne envie. Envie de tout essayer, tout. Car ici, la gamme de savons est incroyablement étendue et variée. C’est simple, il y a autant de savons que d’envie de propreté. À la tête de cette incroyable paradis du savon, il y a Nathalie MARTY. Le savon, elle connaît, elle en a vendu pendant des années jusqu’à ce que le démon du savon ne l’envoûte et qu’elle se décide à produire sa propre gamme. Un pari risqué, car fabriquer du savon n’est pas à la portée du premier venu, il faut un véritable savoir faire. Mais lorsqu’on est comme Nathalie native de la Drôme, pays de la lavande et des senteurs du sud, le chemin du savon est tout tracé… Après une initiation aux secrets et à la maîtrise de l’art du savon, puis une formation à l’Université des Senteurs et Saveurs de Forcalquier, Nathalie s’est sentie prête. Prête à se lancer dans un grand bain plein d’eau savonneuse et de délicieuses effluves…

Des savons bio écologiques faits main en France par une artisane passionnée sur acheter bio

Les jolis savons bio de Nathalie

Savonnerie Buissonnière, un joli nom et une marque déposée. Nous avons découvert cette boutique en ligne complètement par hasard et la première chose dont nous avons eu envie, c’est de passer une commande, pour voir. D’ailleurs l’expression pour voir, dans le cas de cette artisane est tout à fait justifiée. Le premier plaisir commence par les yeux. Les savons de Nathalie sont beaux, à tel point qu’on pourrait presque les exposer dans une vitrine, les détourner de leur fonction. Une ficelle de chanvre, une étiquette toute en simplicité et le produit. Le savon. La couleur bien sûr. Ici un gris anthracite, là un rose saumoné, plus loin un jaune ensoleillé. Les produits de la savonnerie buissonnière sont une invitation au voyage. Olivier et lavande fine, patchouli et jojoba. Bergamote et thé d’Aubrac. Il y a un savon pour chaque usage. Des savons pour les soins, pour le shampoing, pour bébé, pour la cuisine…

• Fabrication bio et artisanale

Côté fabrication, l’exigence est à son plus haut niveau. Matières premières bio privilégiant les circuits courts et locaux, technique de fabrication utilisant la saponification à froid, fabrication artisanale. Inutile de préciser que l’huile de palme est bannie, tout comme les parfums de synthèse et autres colorants bleu ciel pour faire couleur locale. Non, ici le respect est partout. Tant dans les savons que dans la gamme de cosmétiques bio. Il ne nous manquait qu’une chose. Sentir et toucher. Ni une ni deux, on a passé une commande, incognito. Quelques jours plus tard, on recevait nos savons avec en prime un petit mot de l’artisane en personne et quelques échantillons. On a immédiatement su qu’on avait déniché la perle rare !

• Une foule d’idées cadeaux !

Oui, des artisanes comme Nathalie, ça existe. Qui font avec passion, élaborent des recettes simples et élégantes, sélectionnent des produits locaux et authentiques. Le résultat ? Une explosion de senteurs, une gamme de produits bio et équitable rare et pour tout dire unique ! On n’a qu’une envie, c’est tout essayer ! Les savons, qui ont un usage dans toute la maison. Il y a aussi un savon de rasage menthe et lait d’avoine et une gamme de cosmétiques bio qui donne singulièrement envie. Et puis comme c’est bientôt Noël qui approche à grands pas, voilà une boutique qui regorge d’idées cadeaux ! Vite, allez découvrir la Savonnerie Buissonière, vous allez tomber sous le charme !

voir la fiche boutique en ligne Savonnerie Buissonière sur Acheter Bio

• la Savonnerie Buissonnière sera présente au Salon Marjolaine du 4 au 12 novembre 2017 au Parc Floral de Paris

Perdre du poids. Allons-nous tous devenir végétarien ?

Publié le

Deux semaines. Deux petites semaines encore et c’est le printemps. Et puis une paire de mois après, voilà l’été ! Ah ! L’été. Le soleil, le farniente, le sable chaud, les longues promenades sur la plage et d’ici là, l’angoisse existentielle qui vous étreint, chaque année. Celle qui fait le bonheur de la presse féminine. Perdre du poids, évacuer les quelques kilos superflus d’ici là. Voilà pour le scénario le plus optimiste. L’autre aspect, dans l’optique de perdre du poids, peut être nettement moins joyeux. On peut simplement vous annoncer, sans rire, que pour vous, perdre du poids est la seule solution pour conserver une santé digne de ce nom. Quand votre médecin vous confirme que diabète et cholestérol sont en corrélation directe avec la taille de la ceinture abdominale. Perdre du poids devient alors une nécessité vitale. Et on commence à regarder du côté de son assiette et de ce qu’il y a dedans.

perdre du poids deveir végétarien acheter bio

Perdre du poids avant l’été ? Facile !

• Végétarien et équilibre alimentaire

Ici, à Acheter Bio, on a toujours aimé explorer les expériences culinaires. Ces jours passés, on s’est essayé à tester des alternatives végétariennes. Sans viande donc. Parce que, qu’on le veuille ou non, les matières carnées ne sont pas un exemple de vertu et sont définitivement peu recommandables pour combattre le cholestérol. Est-ce à dire qu’une alimentation végétarienne, excluant de facto toute viande, est meilleure pour la santé. Nous avons posé la question à notre toubib qui a répondu sans ambages. Oui, devenir végétarien peut contribuer à un meilleur équilibre alimentaire. L’absence de viande c’est aussi l’absence de gras, donc induit une perte de poids. Il faut simplement veiller à ne pas casser l’apport en protéines. Bon d’accord. C’est bon pour le corps. Mais la tête, est-ce qu’elle suit ? Est-ce qu’on peut manger végétarien et avoir du plaisir ? C’est ce que nous avons testé ces jours passés.

• Sans viande, est-ce que c’est aussi bon ? Oui.

Nous avions déjà savouré un chili sin carne dans le restaurant brestois et végétarien Les Maraîchers. On a donc essayé d’en faire autant. Un chili, avec tous les ingrédients qui le constituent (bio évidemment) où la viande est remplacée par un haché végétal à base de soja, riche en protéines. Le tout accompagné par un délicieux riz jasmin bio. Le résultat est stupéfiant ! C’est aussi bon, aussi goûteux, aussi savoureux qu’un chili avec de la viande ! Quelques jours plus tard, nous avons utilisé cette recette pour faire des lasagnes sans viande et sans béchamel. Idem. Savoureux. Et vous savez quoi ? L’aiguille sur la balance a commencé sa migration vers le bas.

• Premier objectif ? Vous sentir mieux.

Alors ? Devenir végétarien peut-il contribuer à perdre du poids ? Oui et non. Si vous accompagnez votre passage au végétarien d’une surveillance un peu plus rigoureuse de votre équilibre alimentaire, oui, vous allez perdre du poids. Et donc vous sentir mieux dans votre corps, avec quelques kilos en moins. Charge à vous d’éviter de grignoter entre les repas, de boire de l’eau (un litre et demi par jour), d’avoir une activité physique. Si vous commencez aujourd’hui, vous pouvez envisager de perdre du poids quelques kilos superflus d’ici l’été. Perdre du poids et surtout vous sentir bien. Vous sentir mieux. On parie ?

• illustration : un chili sin carne savoureux, bio et sans viande (crédit photo Minipop)

Cœur Paysan. La belle initiative de paysans solidaires.

Publié le

Ça se passe à Colmar et comme on dit sur internet, c’est un phénomène qui fait le buzz. Si on vous en parle ici aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une initiative spécifiquement bio, non. Ici, à Acheter Bio, on est sensible à toute initiative humaine et citoyenne. Cœur Paysan réinvente le concept de coopérative paysanne, en réunissant sur un même lieu de vente un groupe d’agriculteurs, d’éleveurs, de producteurs locaux. Ils sont 35 à avoir décidé d’unir leurs forces respectives pour vendre leur production au juste prix, un prix équitable. Directement du producteur au consommateur. La formule n’est pas nouvelle, certes, mais elle trouve un écho plus que favorable dans la clientèle alsacienne.

cœur paysan l'initiative solidaire de paysans alsaciens

Cœur Paysan. Le circuit court

• Un carton d’audience, au delà du buzz

Cœur Paysan. L’initiative des paysans alsaciens fait un carton d’audience et a dépassé les frontières alsaciennes. Sans faire d’angélisme, sans tomber dans la béatitude naïve, il faut bien l’avouer. Cœur Paysan, ça a de la gueule. Proposer ce deal de vente directe aux consommateurs, c’était risqué. Ils y ont cru et les consommateurs, aujourd’hui, répondent présents. Preuve que la filière courte est une idée d’avenir. Un millier de produits au juste prix, une diversité de l’offre et, surtout ! Une reconnaissance de l’humain. Car oui, le mérite de l’initiative de Cœur Paysan il est bien là. Remettre l’humain au cœur du débat.

• Savoir ce qu’on achète et à qui on l’achète

Les consommateurs ne s’y trompent pas. Sur le lieu de vente, non seulement ils savent à qui ils achètent mais ils connaissent aussi la provenance locale des produits. Ici pas d’avocats ou d’aubergines du Chili. Pas de pommes du Pérou. Pas de centrale d’achat, d’âpres négociations avec la grande distribution. N’empêche. Ici tout fonctionne comme un vrai supermarché, avec des caddies, des caisses, des cartes de fidélité et des sourires en plus. Ici, les prix sont évalués et décidés par les producteurs eux-mêmes et vous allez rire ! C’est souvent moins cher qu’en grande surface !

Conclusion ? Cœur de paysan cartonne. Entre 300 et 500 clients par jour, et ce n’est qu’un début. On espère que cette initiative paysanne encourage le développement d’autres structures Cœur de Paysan dans toute la France. Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à soutenir cette initiative si elle était disponible chez vous ? N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire !

Cœur Paysan : voir leur (joli) site internet

Troc et échanges, l’autre façon de consommer

Publié le

J’ai cherché la définition du mot utopie dans mon dictionnaire. Je cite. Système de conceptions idéalistes des rapports entre l’homme et la société, qui s’oppose à la réalité présente et travaille à sa modification. Pas mal. Plus loin, on lit aussi. Idées qui paryicipent à la conception générale d’une société future idéale à construire, généralement jugées chimériques car ne tenant pas compte des réalités. D’accord. Et là je me dis que le commerce bio n’est donc pas une utopie. D’ailleurs à voir la vitesse à laquelle il se développe, c’est que les gens y croient. Et le troc ? Cette pratique qui consiste à échanger un bien contre un autre bien, est-ce aussi de l’utopie ? C’est la question que je me suis posée en découvrant un drôle de site internet baptisé My Troc.

echange et troc sur internet avec my troc

My troc, un système d’avenir ?

• Tout peut s’échanger.

Oui, tout peut s’échanger, c’est écrit sur la page d’accueil du site MyTroc.fr. Un livre qu’on a déjà lu, un disque qu’on n’écoute plus, les fringues du petit dernier qui a bien grandi, les vêtements ou les chaussures qu’on ne porte plus. Et d’une manière générale tout ce qu’on n’utilise plus et qui roupille dans le fond d’un placard, ou dans le grenier. L’idée de My troc est on ne peut plus simple. Le site, par la grâce d’internet, met en relation les gens qui ont quelque chose à échanger. Ça peut être un bien matériel mais naturellement le système de troc va au delà. On peut aussi échanger des services, un coup de main ponctuel ou durable. Bref. Un concept simple qui a déjà séduit plus de 16.000 utilisateurs dans toute la France. Oui, parce que, accessoirement, cette bonne idée est 100% française. Cocorico !

• My Troc dynamite le système.

My Troc s’affranchit du système en mettant en place une monnaie collaborative (les noisettes) qui sert de base aux transactions. C’est là où le troc prend toute son ampleur en invitant à une autre consommation, alternative et libre. Et puis accessoirement on ne peut que se féliciter d’un système qui encourage à l’aspect durable des biens de consommation. Plutôt que de laisser dormir des biens ou pire les jeter à la poubelle, il est possible de leur donner une seconde vie. C’est malin et gagnant sur toute la ligne. Durable, écolo et humaniste aussi. Parce que My Troc favorise aussi les relations entre les gens, en tendant à les rapprocher. C’est sans doute l’un des points les plus positifs de cette belle intiative que nous, ici à Acheter Bio, nous sommes fiers d’encourager !

Vous avez déjà utiliser les services de My Troc ? Votre avis nous intéresse, n’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaire !

voir le site d’échanges MyTroc.fr