Le T-shirt propre, parfait à tout point de vue

Publié le

J’aime le t-shirt. J’en porte beaucoup, été comme hiver. Au travail comme en week-end ou en vacances, c’est le vêtement passe-partout par excellence. Neutre ou imprimé, il véhicule une certaine conception de la décontraction, popularisé dans les années 60 par un certain James Dean. T-shirt uni blanc, blue jean, mocassins, ça envoyait du rêve, du rêve américain qui s’est imprimé durablement dans la tête des teenagers sur toute la planète. Bref, le t-shirt, c’est cool. Et puis voilà qu’avec le temps, on se prend à réfléchir. Il vient d’où, ce t-shirt qui ne coûte rien, ou presque ? Réponse. Il vient de loin. Et sinon, le matériau, c’est quoi au juste ? Au pire c’est du coton mélangé à une matière synthétique (comme le polyester). Il est fabriqué comment, par qui, dans quelles conditions ? De vous à moi, j’ai préféré ne pas me poser de questions pendant des années. Car le jour où j’ai trouvé les réponses, j’ai réalisé que je n’avais plus envie de cautionner un système qui favorise le business d’un tout petit nombre au détriment de populations entières.

Un jour, tout bêtement, je me suis demandé pourquoi mon t-shirt, mon blue jean, mes chaussures n’étaient plus fabriquées en France. La réponse est assez simple et vous la connaissez aussi bien que moi. Un t-shirt fabriqué en France ne peut pas être vendu au consommateur trois euro. Oui, trois euro. C’est ce que coûte aujourd’hui un t-shirt pour homme en coton, col en V dans une boutique en ligne pratiquant des petits prix…
Le T-shirt propre, parfait à tout point de vue sur le guide acheter bio

Un t-shirt made in France, ça existe ?

• Un t-shirt ça ne peut pas coûter 3 eruro

Trois euro un t-shirt pour homme, taille XL. De ce prix, il faut déduire la TVA française qui est de 20%, on obtient donc un prix net boutique de 2,40€. Dans ce prix, il y a la marge bénéficiaire du vendeur ainsi que l’ensemble de ses charges (gestion du stock, publicité, salaires, charges directes et indirectes, …). Il y a aussi le transport pour importer ce t-shirt qui vient probablement de l’autre bout du monde. Pour mémoire, le Bangladesh est à 8000 kilomètres de Paris. À quel vil prix se négocie un t-shirt, prix net départ usine ? Mieux vaut ne pas le savoir. En revanche, ce que l’on sait avec certitude, c’est les conditions de travail dépourvues de toutes humanité dans ce pays. Des conditions jugées cruelles pour les ouvrières, corvéables à merci, quand il ne s’agit pas d’enfants. Alors il arrive un moment où j’ai refusé de cautionner un système qui me répugne. Non. Un t-shirt ça ne peut pas coûter 3€. Comme le disait si justement ma grand-mère, quand c’est gratuit, c’est trop cher.

• Un t-shirt propre, à tout point de vue

La première chose qui a retenu mon attention, c’est le nom. Le t-shirt propre. Ils auraient pu jouer la carte d’identité nationale et appeler leur collection le t-shirt français, comme le slip du même nom, mais non. Ils ont choisi le mot propre, un mot lourd de signification. Voilà donc une société française qui s’est mis en tête de penser, concevoir, réaliser une collection de t-shirts pour hommes et femmes presque 100% française. Presque, parce que le coton bio vient de Grèce (ou de Turquie), mais à part ça, tout vient de France. De l’étiquette en carton recyclé et des emballages zéro déchet, la teinture éco-responsable, le patronage, la confection et le tricotage, le t-shirt propre revendique sa nationalité française. Dingue ! Un t-shirt fabriqué en France, je pensais que ça n’existait plus. Au delà du cocorico de bon aloi, il faut juste avoir conscience que ce t-shirt fournit du travail à des entreprises, crée de l’emploi, fait vivre des familles. C’est aussi ça, consommer propre. Restait à savoir si la promesse de qualité était tenue. Ni une ni deux, j’ai passé commande.

• Un produit top qualité

Quelques jours plus tard, j’ai reçu mon colis par la poste. Mes t-shirts proprement pliés, joliment présentés, sans sur-emballage. On sent immédiatement qu’on a affaire à un produit de qualité, le coton est épais, c’est du 190gr/m2 rien à voir avec le t-shirt à 3 euro (qui table plutôt à 120gr/m2). Selon notre couturière maison (Hélène, artisane chez Minipop), c’est du bon travail. Bien coupé, bien assemblé, bien fini, du travail propre en somme. Et sur la peau ça ne déçoit pas ! Le coton est très agréable, je sens que c’est un t-shirt qui va me plaire et que je vais beaucoup porter. Petit détail, pour rappeler son origine française, un petit liseret tricolore, très discret, est cousu sur le côté droit avant du t-shirt. Reste le prix. Le t-shirt noir col en V manches courtes coûte 39€, un prix finalement dans les cordes d’un t-shirt de marque, qui lui n’est pas fabriqué en France (mais au Pérou, en Chine ou… au Bangladesh). En conclusion, je suis très content de mon achat. Mon t-shirt est un produit made in France, durable et hautement qualitatif, en coton bio. Oui, décidément, ce nom est parfaitement judicieux. Le t-shirt propre est parfait, à tout point de vue.

voir la fiche boutique en ligne T-shirt propre sur Acheter Bio

Journée mondiale de la Terre. La belle idée de Monsieur Nelson.

Publié le

Gaylord Nelson fut sénateur des États-Unis et gouverneur du Wisconsin. C’était aussi un activiste passionné, opposé à la guerre du Vietnam et très engagé sur les problèmes de santé publique ainsi que sur les problématiques liées à l’environnement. Le 22 avril 1970, Gaylord Nelson crée la journée mondiale de la terre, connue sous le terme de Earth day, le symbole d’un renouveau dans l’activisme environnemental. Il rallie à sa cause de nombreux étudiants des campus américains qui voient dans cette action un relais avec les protestations pour la paix dans le monde, notamment au Vietnam. Quarante-sept ans plus tard, la journée mondiale de la terre est devenue universelle. Chaque 22 avril est l’occasion de rappeler à l’humanité qu’elle n’est pas propriétaire de cette planète.

journee mondiale de la terre earth day acheter bio

Journée mondiale de la terre. Objectif : zéro déchet.

• La cause environnementale

La cause environnementale avance. Vous allez me dire, pas assez vite, et vous aurez raison. N’empêche, au quotidien, force est de constater que les mentalités évoluent, jour après jour, à petits pas, certes, mais les choses avancent. Prenez le bio, par exemple. Nous sommes bien placés, ici à Acheter Bio, pour en attester. Les choses ont considérablement évolué depuis une quinzaine d’années. Le commerce bio et équitable a pris un poids véritable dans notre vie au quotidien. La protection de l’environnement, de la faune, de la flore, fait aussi partie des faits qu’on ne peut plus ignorer. Oui, les choses avancent et surtout, on sent que la façon de penser suit le mouvement.

• Tendance zéro déchet

Des exemples, on en trouve dans notre vie quotidienne. La suppression des sacs plastiques, remplacés par des sacs de courses ou les sacs à vrac, comme ceux réalisés par notre amie Hélène, l’artisane de la boutique minipop. Une conscience écologique qui induit de nouveaux modes de consommation ? Prenez la tendance zéro déchet, par exemple. Ce qui pouvait sembler anecdotique il y a encore quelques années devient un véritable phénomène de société. Tout change, de notre alimentation à notre choix de vie. Une approche différente envers le monde animal, sans doute plus respectueuse, qui induit une remise en question du système. Vivre mieux, en meilleure santé, plus longtemps, tout en respectant l’environnement. L’idée de la journée mondiale de la terre initiée par Gaylord Nelson est promise à un bel avenir. Car plus nous avançons dans le temps, plus il est vital pour l’humanité de respecter son environnement.

• à l’occasion de la Journée mondiale de la Terre, la boutique minipop propose un code de réduction* de 10% sur toute la boutique ! Avec le code TERRA17 bénéficiez d’une remise exclusive de 10% sur toute la gamme de sacs à vrac, sacs de courses, sacs vegans, essuie-tout et lingettes, mouchoirs …

(*offre valable pendant 3 jours seulement les 20, 21 et 22 avril 2017)

Cœur Paysan. La belle initiative de paysans solidaires.

Publié le

Ça se passe à Colmar et comme on dit sur internet, c’est un phénomène qui fait le buzz. Si on vous en parle ici aujourd’hui, ce n’est pas parce qu’il s’agit d’une initiative spécifiquement bio, non. Ici, à Acheter Bio, on est sensible à toute initiative humaine et citoyenne. Cœur Paysan réinvente le concept de coopérative paysanne, en réunissant sur un même lieu de vente un groupe d’agriculteurs, d’éleveurs, de producteurs locaux. Ils sont 35 à avoir décidé d’unir leurs forces respectives pour vendre leur production au juste prix, un prix équitable. Directement du producteur au consommateur. La formule n’est pas nouvelle, certes, mais elle trouve un écho plus que favorable dans la clientèle alsacienne.

cœur paysan l'initiative solidaire de paysans alsaciens

Cœur Paysan. Le circuit court

• Un carton d’audience, au delà du buzz

Cœur Paysan. L’initiative des paysans alsaciens fait un carton d’audience et a dépassé les frontières alsaciennes. Sans faire d’angélisme, sans tomber dans la béatitude naïve, il faut bien l’avouer. Cœur Paysan, ça a de la gueule. Proposer ce deal de vente directe aux consommateurs, c’était risqué. Ils y ont cru et les consommateurs, aujourd’hui, répondent présents. Preuve que la filière courte est une idée d’avenir. Un millier de produits au juste prix, une diversité de l’offre et, surtout ! Une reconnaissance de l’humain. Car oui, le mérite de l’initiative de Cœur Paysan il est bien là. Remettre l’humain au cœur du débat.

• Savoir ce qu’on achète et à qui on l’achète

Les consommateurs ne s’y trompent pas. Sur le lieu de vente, non seulement ils savent à qui ils achètent mais ils connaissent aussi la provenance locale des produits. Ici pas d’avocats ou d’aubergines du Chili. Pas de pommes du Pérou. Pas de centrale d’achat, d’âpres négociations avec la grande distribution. N’empêche. Ici tout fonctionne comme un vrai supermarché, avec des caddies, des caisses, des cartes de fidélité et des sourires en plus. Ici, les prix sont évalués et décidés par les producteurs eux-mêmes et vous allez rire ! C’est souvent moins cher qu’en grande surface !

Conclusion ? Cœur de paysan cartonne. Entre 300 et 500 clients par jour, et ce n’est qu’un début. On espère que cette initiative paysanne encourage le développement d’autres structures Cœur de Paysan dans toute la France. Et vous ? Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous prêt à soutenir cette initiative si elle était disponible chez vous ? N’hésitez pas à nous donner votre avis en commentaire !

Cœur Paysan : voir leur (joli) site internet

Commerce équitable, le pouvoir est entre vos mains.

Publié le

Comme disait Bashung, il arrive un moment où il faut savoir dire stop. Un matin de la semaine dernière, je me suis réveillé avec ce mot dans la tête. Stop. Stop à la la casse de l’environnement, stop à la malbouffe, stop aux vêtements à deux balles fabriqués on ne sait où par des gens dont on ne souhaiterait pas vivre le quotidien. Finalement c’est assez simple de modifier tout cela, réaliser une bonne fois pour toutes que le pouvoir est entre nos mains, dans ce mot de quatre lettres. Stop. Vous aussi, vous en avez marre d’entendre parler d’huile de palme dans le Nutella ? Stop. N’achetez plus de Nutella, c’est aussi simple que cela. Vous en avez marre d’entendre dire que votre blue jean a été réalisé dans un atelier à l’autre bout du monde, cousu par des petites mains, petites mains au sens littéral du terme, par un enfant de huit ans, dans des conditions environnementales épouvantables ? Boycottez les marques qui sont régulièrement dénoncées dans les médias. Ne vous laissez pas piéger par les prétendues vertus d’un commerce équitable qui n’a d’équitable que la part qui revient à quelques opportunistes qui en tirent profit. Dans ce monde, tout est une question d’équilibre et c’est vous, finalement, qui décidez.
commerce équitable et durable sur acheter bio

Commerce équitable et durable

Commerce équitable ? Les exemples sont légions et pourraient faire, pour chacun d’eux, l’objet d’un article dans ces colonnes. Voici un exemple, qui m’a inspiré l’écriture de ce billet. Chaque matin, depuis des années, je bois un jus d’orange. Vitamines C, vertus naturelles, énergie, jusqu’à ce que mon toubib me contrarie en me disant que le jus de fruits qualifié de « pur jus » contient du sucre ajouté. J’ai donc décidé de dire stop au jus d’orange, fut-il de qualité, acheté au supermarché du coin en bouteille (plastique). Désormais, j’achète des oranges à jus (bio) que je presse moi-même chaque matin. Deux oranges bio délivrent un verre de pur jus d’une qualité assez exceptionnelle ! Bilan écologique : zéro énergie (pressage manuel), déchets bio-dégradables et un produit sur lequel j’ai le contrôle total. Tiens au passage, pour emballer mes oranges (entre autres) je n’utilise plus de sac plastique ou de sac en papier, mais les sacs à vrac de chez minipop. Idem pour les sacs de course en lin de la même boutique artisanale, qui remplacent astucieusement les sacs plastiques. Des sacs réutilisables, lavables, durables, en coton bio, faits à la main en Bretagne. On en a eu marre aussi d’acheter des blue jeans venus d’ailleurs, de payer (cher) l’utilisation d’une marque exploitant des ressources venues de l’autre bout du monde, dans des pays sous-développés, tout en utilisant une main d’œuvre dont l’âge est bien souvent inférieur aux réglementations. Stop. Porter un blue jean confectionné dans des ateliers lointains, dans des conditions humaines indignes, non merci. On préfère acheter un jean chez 1083, coupé, fabriqué, cousu et assemblé en France. C’est pas plus cher qu’un jean de marque et c’est une marque française. On n’en n’est même plus à revendiquer d’utiliser des produits français, par excès de cocorico et de patriotisme déplacés. Non, là il s’agit désormais de contrôler l’origine des produits que nous consommons et faire d’une pierre plusieurs coups. On sait que les produits sont propres, éthiques, durables et, accessoirement, on préserve des emplois en France ce qui est loin d’être négligeable.

Consommer mieux sans engloutir des fortunes, aujourd’hui c’est possible. Ça induit simplement des changements d’attitude de consommation. Le commerce équitable commence par ça. Vous voulez que le monde change ? Le pouvoir est là, entre vos mains et ça commence maintenant.

voir le site des jeans français 1083

voir le site des sacs de course et sacs à vrac minipop