Perdre du poids. Allons-nous tous devenir végétarien ?

Publié le

Deux semaines. Deux petites semaines encore et c’est le printemps. Et puis une paire de mois après, voilà l’été ! Ah ! L’été. Le soleil, le farniente, le sable chaud, les longues promenades sur la plage et d’ici là, l’angoisse existentielle qui vous étreint, chaque année. Celle qui fait le bonheur de la presse féminine. Perdre du poids, évacuer les quelques kilos superflus d’ici là. Voilà pour le scénario le plus optimiste. L’autre aspect, dans l’optique de perdre du poids, peut être nettement moins joyeux. On peut simplement vous annoncer, sans rire, que pour vous, perdre du poids est la seule solution pour conserver une santé digne de ce nom. Quand votre médecin vous confirme que diabète et cholestérol sont en corrélation directe avec la taille de la ceinture abdominale. Perdre du poids devient alors une nécessité vitale. Et on commence à regarder du côté de son assiette et de ce qu’il y a dedans.

perdre du poids deveir végétarien acheter bio

Perdre du poids avant l’été ? Facile !

• Végétarien et équilibre alimentaire

Ici, à Acheter Bio, on a toujours aimé explorer les expériences culinaires. Ces jours passés, on s’est essayé à tester des alternatives végétariennes. Sans viande donc. Parce que, qu’on le veuille ou non, les matières carnées ne sont pas un exemple de vertu et sont définitivement peu recommandables pour combattre le cholestérol. Est-ce à dire qu’une alimentation végétarienne, excluant de facto toute viande, est meilleure pour la santé. Nous avons posé la question à notre toubib qui a répondu sans ambages. Oui, devenir végétarien peut contribuer à un meilleur équilibre alimentaire. L’absence de viande c’est aussi l’absence de gras, donc induit une perte de poids. Il faut simplement veiller à ne pas casser l’apport en protéines. Bon d’accord. C’est bon pour le corps. Mais la tête, est-ce qu’elle suit ? Est-ce qu’on peut manger végétarien et avoir du plaisir ? C’est ce que nous avons testé ces jours passés.

• Sans viande, est-ce que c’est aussi bon ? Oui.

Nous avions déjà savouré un chili sin carne dans le restaurant brestois et végétarien Les Maraîchers. On a donc essayé d’en faire autant. Un chili, avec tous les ingrédients qui le constituent (bio évidemment) où la viande est remplacée par un haché végétal à base de soja, riche en protéines. Le tout accompagné par un délicieux riz jasmin bio. Le résultat est stupéfiant ! C’est aussi bon, aussi goûteux, aussi savoureux qu’un chili avec de la viande ! Quelques jours plus tard, nous avons utilisé cette recette pour faire des lasagnes sans viande et sans béchamel. Idem. Savoureux. Et vous savez quoi ? L’aiguille sur la balance a commencé sa migration vers le bas.

• Premier objectif ? Vous sentir mieux.

Alors ? Devenir végétarien peut-il contribuer à perdre du poids ? Oui et non. Si vous accompagnez votre passage au végétarien d’une surveillance un peu plus rigoureuse de votre équilibre alimentaire, oui, vous allez perdre du poids. Et donc vous sentir mieux dans votre corps, avec quelques kilos en moins. Charge à vous d’éviter de grignoter entre les repas, de boire de l’eau (un litre et demi par jour), d’avoir une activité physique. Si vous commencez aujourd’hui, vous pouvez envisager de perdre du poids quelques kilos superflus d’ici l’été. Perdre du poids et surtout vous sentir bien. Vous sentir mieux. On parie ?

• illustration : un chili sin carne savoureux, bio et sans viande (crédit photo Minipop)

Argousier. Le plein de vitamines avant l’été !

Publié le

argousier le plein de vitamines acheterbio

Argousier. Une mine de vitamines

Le nom savant de cette plante est assez barbare, comme tous les noms latins ou grecs. Hippophae ramnoïdes. Du grec hippos qui signifie « cheval » et phaôs/phein « reluire ». Quel rapport entre un cheval et une plante, me direz-vous ? C’est assez simple. Dans les Alpes où poussent les argousiers à l’état naturel, on avait constaté que les chevaux raffolaient de cette petite baie sauvage et orangée. Le cheval, ce noble animal au tempérament souvent fougueux et stressé, semblait s’apaiser après avoir croqué les baies d’argousier, mieux encore, les chevaux qui consommaient régulièrement de l’argousier avaient une crinière reluisante. Ce qu’on ignorait à l’époque c’est que ce petit fruit produit l’air de rien de la vitamine E comme s’il en pleuvait. Pour 100 grammes d’argousier, on compte jusqu’à 100 milligrammes de vitamine E et ce n’est pas tout. Si l’argousier est aussi une mine de vitamine C, on y trouve aussi de la vitamine A, F, P, des omégas 3. Une variété de plants d’argousier, baptisé Argalp 700 est champion toutes catégories en matière de vitamine C avec 700mg pour 100g. Citron, kiwi et consorts peuvent aller se rhabiller !

Du jus aux cosmétiques, l’argousier est bon pour vous.
Le jus d’argousier se consomme de préférence le matin, au petit déjeuner. Son goût est très prononcé, on aime ou on aime pas, mais c’est rarement entre les deux. Une cuillère à soupe mélangée à un verre d’eau, c’est l’idéal. À raison d’une dose tous les matins, vous allez sentir l’effet rapidement. L’huile d’argousier est également utilisée en pharmacologie depuis l’antiquité, ses vertus étant connues pour cicatriser et réhydrater la peau et les muqueuses. L’argousier est aussi très répandu dans la médecine chinoise et tibétaine.

Un argousier dans mon jardin ?
Si vous souhaitez cultiver votre propre argousier sachez que c’est tout à fait possible à une condition. Comme le kiwi, l’argousier nécessite de planter un arbre mâle et un arbre femelle, sachant qu’un sujet mâle peut, naturellement, fertiliser plusieurs plants femelles. Le plant mâle peut monter au delà de 5 mètres de haut. La taille est possible mais gare aux épines ! Les baies cueillies dans l’arbre et immédiatement consommées ont une saveur assez exceptionnelle.

Où acheter de l’argousier ?
Les jus, plants et produits dérivés chez Natvit, le spécialiste français de l’argousier bio. Une gamme complète de cosmétiques bio à base d’argousier à découvrir chez Monde Bio.

Graines germées. Le bio commence dans votre cuisine.

Publié le

graines germées 100% bio avec acheterbio

Graines germées en 4 étapes.

Faire des graines germées, c’est bête comme chou. Il suffit d’avoir un germoir adapté, des graines, de l’eau et c’est tout. Pas de technique complexes à mettre en œuvre, juste quelques petits trucs à connaître, mais quand vous aurez lu cet article, vous aurez toutes les bases pour commencer. Parlons d’abord de ce que vous allez obtenir. En quatre à cinq jours, vos graines auront donné des pousses comestibles que vous allez pouvoir cuisiner ou déguster seules ou en complément dans vos salades. Inutile de vous dire que les graines germées, c’est plein de bonnes choses ! Et comme vous le faites vous-même, en contrôlant ce que vous faites, c’est une véritable aliment 100% bio qui donne une jolie touche de nature dans votre cuisine.

Étape 1. Bien choisir votre germoir.
Il y a plusieurs sortes de graines, il faut donc choisir son germoir et l’adapter à ce que vous désirez faire pousser. La plupart des graines à germer poussent dans un germoir standard. Il s’agit souvent de graines de taille respectable comme le mélange 4 radis, la luzerne, l’alfalfa, le haricot mungo, le blé, l’ail, le fénugrec, l’avoine, le tournesol et bien d’autres. Il existe de nombreux modèles de germoirs, pour ma part j’utilise le germoir Croq Punch de Lima depuis des années. Il dispose de trois étages, permet de laisser la graine pousser à l’air libre et il se lave très facilement. Autre avantage, on peut le poser sur la table et déguster à volonté. Enfin, son prix est très accessible (environ 20€, lien en fin d’article).

Certaines graines, comme le cresson, la roquette, le lin, la moutarde, sont très petites et mucilagineuses. Kézako ? Quand on fait tremper la graine pour déclencher la germination, elle libère une substance visqueuse, le mucilage qui ressemble un peu à de la gélatine. Pour ce type de graine il faut utiliser un germoir disposant d’une grille fine posée sur une coupelle en verre ou céramique. Là encore le prix est modeste (moins de 15€, lien en fin d’article).

Etape 2. Préparer la germination.
Avec un germoir de type Croq Punch et des graines à germer comme le radis (mes préférées), c’est on ne peut plus simple. Disposez des graines dans un récipient (le fond du Croq Punch est idéal pour ça), couvrez les graines avec de l’eau. Tant qu’à faire, utilisez de l’eau de source ou de l’eau filtrée. Pour des graines de radis, je mets environ deux cuillères à soupe de graine. Mélangez délicatement les graines pour que l’ensemble trempe bien. Laissez reposer vos graines tranquillement, cinq à six heures ou toute la nuit si vous les préparez le soir.

Pour les graines à mucilage, évaluez la quantité de graines pour qu’elles recouvrent la grille du germoir. N’en mettez pas trop. Dans la coupelle en verre ou céramique, déposez vos graines, couvrez les d’eau. Patientez un peu (moins d’une heure), la graine en absorbant l’eau délivre son mucilage. Déposez les graines sur la grille, elles sont solidaires et forment un ensemble gélatineux. Avec une petite cuillère, étalez soigneusement vos graines sur le tamis. Évitez de touchez les graines avec les doigts, ça colle ! Un peu d’eau dans coupelle et c’est prêt.

Etape 3. Le petit miracle.
Disposez vos germoirs dans une pièce lumineuse mais à l’abri des rayons du soleil. Chaque matin, prenez un verre d’eau et versez le sur votre germoir type Croq Punch. L’eau s’écoule et elle est récupérée dans le fond. Vous pouvez utiliser cette eau pour arroser vos plantes vertes ! Pour les graines à mucilage, elles se nourrissent du mucilage, puis au bout d’un jour ou deux, leurs racines plongent pour chercher l’eau. Veillez à ce qu’il y ait toujours de l’eau dans la coupelle. Vous pouvez aussi pulvériser de l’eau sur les jeunes pousses. Vous allez voir vos graines éclore et pousser. Un petit miracle de la nature dont on ne se lasse pas !

Etape 4. À table !
Au terme de quatre à cinq jours, vous avez des graines germées délicieuses, garanties 100% bio par vous-même. Chaque type de graine a ses particularités et ses super pouvoirs. Le radis est connu pour être un excellent désintoxicant, riche en vitamine C et B1 et en minéraux (calcium, fer, zinc). En revanche, il a un goût puissant, presque proche du poivre. Pour certaines personnes fragiles de l’appareil digestif, il peut s’avérer difficile à digérer. Le soja vert (haricot mungo) est riche en protéines et vitamines mais son goût est (très) particulier. Le cresson, la roquette sont gonflées en vitamines leur goût est délicieux mais très prononcé.

En salades, crues ou cuites, en jus (comme le tournesol) il y a mille façons d’accommoder les graines germées. C’est un aliment sain, qui présente l’avantage d’être bio, 100% bio. Comme vous cultivez vous-même vos graines, vous savez exactement ce que vous y mettez. Un peu d’eau, un peu de lumière, un peu de votre temps et c’est tout.

le matériel. le germoir Croq Punch sur le site Greenweez, le germoir coupelle sur Amazon.

les graines à germer. vous trouverez les gammes Lima et Germline sur le site Greenweez, la gamme complète Germline sur le site Naturalia.

pour tout savoir. Graines germées : Pré-germination, jeunes pousses, jus d’herbes, l’excellent et indispensable petit bouquin de Valérie Cupillard

P’tite Mamm, la petite bière bio qui n’a pas peur des grandes.

Publié le

p'tite mamm une bière bio née en Bretagne sur Acheter Bio

Une bière bio qui pousse en Bretagne

C’est le genre d’histoire qu’on aime, nous ici à AcheterBio. Une bonne histoire qui réunit tous les ingrédients pour être suffisamment intéressante et pour qu’on y consacre un article. L’histoire d’un brasseur, passionné par son produit, qui commence par réaliser trente litres de bière dans son garage, pour les copains. Comme elle est bonne, sa bière, on en redemande, naturellement. Alors Stéphane Pédrona s’installe dans un hangar, et brasse à tour de bras mais pas n’importe comment et surtout pas avec n’importe quoi. Il sélectionne attentivement ses ingrédients. Ici le malt d’orge est breton, seul le houblon est alsacien. Résultat, une bière blonde, brune ou rousse, garantie bio qui porte, qui plus est, un nom charmant « P’tite Mamm » (p’tite mère en breton). Une nouvelle bière bio bretonne ça n’a rien d’anecdotique.

La grande qualité de Stéphane Pédrono, c’est de savoir prendre le temps. Une notion qui échappe au contrôle des grandes brasseries focalisées sur le rendement, la productivité. Ici les processus de fabrication ne sont pas précipités, on sait que pour concevoir une bonne bière bio il faut une journée pour fabriquer, deux mois pour patienter et que P’tite Mamm prenne ses lettres de noblesse. Parcours atypique d’un jeune brasseur de la presqu’ile de Rhuys (golfe du Morbihan) qui commercialise sa production sur les marchés bio du Morbihan et sur les foires bio. Une réussite qui se veut raisonnée. Un nouveau local verra bientôt le jour à Surzur pour accueillir la brasserie avec un bar de dégustation et un espace pour des concerts le week-end. Une démarche bio, éco-responsable, un développement local et que l’on espère durable. Yec’hed mat* Stéphane !

(* à ta santé en breton)

voir le site internet de la Brasserie de Rhuys

Huiles essentielles, quand sérénité rime avec modération.

Publié le

huiles essentielles moderation et prudence sur le guide acheterbio

Huiles essentielles, prudence et modération.

Les huiles essentielles, rien que le nom ça fait rêver, c’est porteur d’espoir. Les deux mots qui composent l’appellation sont des invitations à elles seules. Une huile, c’est doux, c’est bon pour ma peau, si en plus elle est essentielle c’est le début du bonheur. Seulement voilà. Comme toujours avec ce que mère Nature nous apporte, il convient d’être modéré. D’ailleurs, c’est bien connu, tout ce que produit la nature est bon, à condition de modération. Les huiles essentielles, obtenues après la distillation de substances végétales, n’échappent pas à la règle. Utilisées à bon escient, elles apportent de grands bénéfices, mais à forte dose ou sur certaines zones fragiles de l’épiderme, les conséquences peuvent être fâcheuses pour votre santé. Un exemple ? Évitez le contact direct avec les muqueuses fines comme les paupières, vous pourriez déclencher une réaction allergique.

Le problème de fond de certaines huiles essentielles c’est leur teneur élevée en principes actifs qui peuvent être irritants pour une texture aussi délicatement équilibrée que la peau. C’est le cas de certains principes actifs riches en phénol (origan, sariette, …). Il est généralement déconseillé d’utiliser une huile essentielle pure mais plutôt de la diluer à une huile végétale comme une huile d’amande douce. De même l’utilisation chez la femme enceinte ou allaitante est fortement déconseillée. Et, bien entendu, l’utilisation d’une huile essentielle issue de l’agriculture biologique est hautement recommandée, c’est l’assurance d’un produit pur, non enrichi avec des produits de synthèse. Comme toujours, c’est dans la modération que vient la plénitude. Vous pouvez certes créer vos propres mélanges, en ajoutant quelques gouttes d’huiles essentielles à une crème de jour par exemple tout en veillant à demeurer très prudente dans l’utilisation.

• Plus d’infos ! Des marques comme Biofloral proposent des perles d’huiles essentielles pré-dosées, à découvrir sur le site de Monde Bio.

• Les huiles essentielles s’invitent aussi dans votre cuisine sous forme de cristaux d’huiles essentielles à cuisiner, un produit épatant à découvrir chez Boutique Bio.

• Enfin, vous pouvez désormais profiter des bienfaits des huiles essentielles même en déplacement avec un diffuseur pour voiture proposé par Bien et Bio.