Couches pour bébé, des résidus toxiques selon 60 millions de consommateurs

Publié le

On vit une époque formidable, non ? Pour nos lecteurs les plus assidus, ils se souviennent qu’on avait mis, il y a plusieurs années déjà, les pieds dans le plat de bébé. À l’époque, nous dénoncions la présence de bisphénol A dans la fabrication de biberons pour bébés. Finalement, quelques années plus tard, cette saleté de matériau a été (enfin) banni de la liste des composants dans la fabrication de biberons. Pour la petite histoire, à cette époque là déjà, nous recommandions des boutiques qui commercialisaient des biberons sans bisphénol A, de marque allemande notamment. Le bon sens était évidemment d’utiliser des biberons en verre naturel, au lieu d’utiliser un matériau plastique. L’enquête de 60 millions de consommateurs ne nous étonne pas plus que ça. Des résidus toxiques dans des couches pour bébé ! Naturellement, dès qu’on parle de bébé et de la toute petite enfance, on se doit d’être particulièrement vigilant !

couches pour bébés 60 millions de consommateurs

Du glyphosate dans lescouches pour bébé ?

• Du round up dans une couche ?

Non, vous ne rêvez pas. Parmi certaines couches pour bébé testées, il en est qui contiennent des résidus de glyphosate. Ce nom ne vous rappelle rien ? C’est l’un des composants du fameux Round Up de Monsanto. Un comble ! Retrouver un composant d’herbicide aussi controversé que le Round Up au contact des fesses de nos bouts de chou, voilà qui fait singulièrement désordre. Et ce n’est pas tout. Sur la douzaine de référence de couches pour bébé testées par le magazine 60 millions de consommateurs, les résultats donnent froid dans le dos. Pesticides, dioxines, dérivés de produits du pétrole, naphtalène et sytrène (classés comme potentiellement cancérogènes pour l’homme), la plupart des couches testées sont dans le collimateur. La marque distributeur de la chaîne Carrefour, baptisée du joli nom de Baby Eco Planet n’a donc d’éco que le nom…

• Couches pour bébé, Acheter bio. Ou pas.

Quelle est la marque qui se positionne en numéro 1 et se voit recommandée par 60 millions de consommateurs ? C’est Love and Green, des couches pour bébé bio naturelles et hypoallergéniques. Pour l’anecdote, sachez que c’est la seule marque qui a joué la carte de la totale transparence avec le magazine, en fournissant la liste exhaustive des composants entrant dans la fabrication de ses couches.pour bébé. Les autres marques (dont celle de la marque repère de Leclerc) ont tergiversé en refusant de transmettre la liste complète des composants.

Cela dit, il existe des alternatives parfaitement écologiques aux couches jetables. C’est ce que nos mères et grands-mères utilisaient autrefois, les couches lavables. Réalisées en coton bio, ces couches pour bébé sont lavables, donc durables et à terme nettement plus économiques. Reste qu’elles sont aussi nettement moins faciles d’usage et plus contraignantes pour les mamans, surtout lorsqu’il y a plusieurs enfants en bas âge. De plus, la plupart des crèches et de nombreuses assistantes maternelles ont banni l’usage de couches lavables.

En conclusion, l’utilisation de couches pour bébé pose question, du point de vue sanitaire. La démarche qualitative n’est toujours pas, semble-t-il, une priorité pour les grandes marques leaders sur le segment, au premier rang desquelles on trouve Pampers, propriété de Procter et Gamble, largement leader sur le marché depuis les années 1970. Le choix des couches bio est une bonne alternative, même si les prix restent supérieurs à la moyenne…

• voir les couches pour bébé Love and Green sur Amazoncouches pour bébé

voir les couches lavables en coton bio sur le site de Monde Bio

Herbicide RoundUp. C’est pour aujourd’hui ou pour demain ?

Publié le

Je parle un peu anglais, mais je ne suis pas fluent, comme on dit. Je ne saisis pas toutes les subtilités de la langue de Shakespeare, surtout celle qui fut exportée en d’autres temps outre-atlantique. Je ne me suis jamais posé la question de comprendre la signification du mot round up pour une raison assez simple. J’ai tellement associé ce nom à une marque d’herbicide hautement nocif pour l’environnement que sa simple évocation me fout des frissons. Alors c’est vrai, je le confesse, je n’ai jamais cherché à traduire l’expression round up en français dans le texte, jusqu’à hier matin. Au petit déjeuner, on parlait de cet herbicide, avec force exemple de consommateurs à l’appui, sur l’antenne de France Inter. Et là, on s’est regardés, interloqués avec la même question, au même moment. Au fait, ça veut dire quoi en français round up ?

dernier round pour le roundup herbicide

L’herbicide Roundup en sursis.

D’abord, avant de vous donner la réponse, petit constat. Tout le monde a évalué la dangerosité de cet herbicide pour l’environnement, tout le monde jusqu’au ministère de l’environnement. Ségolène Royale s’était engagée, le roundup serait viré manu-militari des rayons de nos jardineries et ça n’allait pas traîner. On avait même fixé une dead line. Il n’y aurait plus de RoundUp dans les rayons des jardineries françaises au 1er janvier 2016, promis juré. Oui, mais c’était sans compter sur nos parlementaires… Force est de constater qu’on est en mars, que le printemps a passé et qu’on trouve encore du round up dans les rayons de nombreuses jardineries. En atteste le responsable de rayon au micro de France Inter disant benoîtement « Tant qu’on en a, on en vend ! » Pour la conscience environnementale, il y a encore du boulot. Mieux encore, sur le site de la marque, il suffit de taper son code postal pour en trouver du round up et on en trouve partout. Alors elle vient quand cette foutue interdiction d’un herbicide impliquant un composé, le glyphosate, que le CIRC (Centre international de recherche sur le cancer) a classé parmi les « cancérogènes probables ou possibles » ? C’est pour 2019 nous assure-t-on aujourd’hui. Enfin, ça c’est pour le RoundUp à usage familial. Pour ce qui est de sa version industrielle, celle utilisée massivement par les agriculteurs, il n’y a aucune date officielle. Alors l’interdiction du round up en jardinerie pour la clientèle des particuliers, comme aurait dit ma grand-mère, c’est une cautère sur une jambe de bois.

Et là vous me dites, mais finalement ça veut dire quoi round up ? Avant cela, je ne résiste pas à évoquer le témoignage de cette dame sur France Inter, utilisatrice du produit. En gros, le discours sur ce désherbant dont la toxicité environnementale n’est plus à prouver, est assez effarant. Oui, bien sûr, on sait que le produit est dangereux pour l’environnement, oui ça pourrit la terre, mais on en met peu vous savez et puis c’est tellement efficace pour détruire les mauvaises herbes qui fleurissent chaque année dans l’allée de gravier. On ne se pose pas de question, on ne cherche pas d’alternative, par exemple en utilisant un désherbant bio qui ne coûte pas plus cher et qui est largement aussi efficace, non. On se demande comment on faisait avant que RoundUp n’existe ? Rassembler. C’est la traduction de l’expression round up et ce n’est pas anodin. Le RoundUp n’est qu’un maillon de la chaîne produite par Monsanto, son fabriquant qui produit des graines qualifiées de roundup ready, en clair des semences qui sont étudiées pour être traitées et résister à ce désherbant. Le comble du cynisme, non ? Round up and destroy pourrait être le slogan de rassemblement du RoundUp, herbicide le plus vendu au monde depuis 1990. Mais la nature a un côté rebelle. Ironie du sort, depuis l’utilisation massive du Round Up on a constaté l’apparition de mauvaises herbes résistantes au glyphosate. La seule solution passe par le respect de l’environnement et il serait temps de l’admettre. L’homme et ses recettes d’apprenti-sorcier ne font pas le poids devant mère nature…

voir la vidéo de France 2 sur le site de France TV Info