WhyNote. Passez au zéro déchet au bureau !

Publié le

On ne se rend pas forcément compte des aspects de notre vie où l’on pourrait gaspiller moins. En tant que journaliste, j’ai toujours utilisé des carnets que j’achetais en masse parce qu’ils étaient jolis, utiles, voire les deux. Et je n’ai jamais particulièrement pensé que j’utilisais du papier pour prendre des notes que je ne relirai pas une fois que je les aurai tapées sur mon ordinateur. Depuis plusieurs années, je n’utilise plus de sacs en plastique, j’ai adopté les sacs à vrac, lingettes lavables et j’ai essayé d’intégrer à mon quotidien ces petites habitudes qui réduisent mes déchets. Mais les carnets ? Ça ne m’avait jamais traversé l’esprit ! Un jour, sur Instagram, j’ai vu passer les carnets de WhyNote, une entreprise suisse.

whynote le carnet zéro déchet sur acheter bio

WhyNote. Zéro déchet

L’idée est très simple : il s’agit de carnets réutilisables, que l’on peut effacer page par page. D’un coup j’ai pensé à tous ces blocs notes qui s’entassaient dans ma bibliothèque et je me suis dit : pourquoi pas ? Une petite vérification sur le site permet de découvrir que les carnets sont fabriqués en Suisse et que le papier utilisé provient de forêts certifiées FSC. Tous les voyants sont au vert !

• Zoom sur le carnet WhyNote

Le concept entraîne forcément un peu de scepticisme. Est-ce que les pages s’effacent comme un tableau blanc dès que l’on passe notre main dessus ? Est-ce qu’elles sont épaisses, pas faciles à tourner ? Rien de tout cela ! Le concept est très bien pensé. Pour ma part, j’ai opté pour le kit de démarrage qui comprend un carnet A5, un feutre effaçable et tout le nécessaire pour nettoyer les pages.

Le feutre est assez fin, très agréable pour écrire sur les 20 pages du carnet. Il ne s’efface pas avec les frottements de la main et il sèche très rapidement. Il ne fait pas non plus de traces noires sur les mains. Les pages, elles, sont plutôt fines. Bien sûr, elles sont un peu plus épaisses que du papier « normal », mais la différence n’est pas dérangeante et le carnet reste agréable à manier. Pour nettoyer les pages, rien de plus simple. Le kit de démarrage est livré avec un petit spray que l’on remplit avec de l’eau, une éponge et un petit carré microfibre. On pulvérise un peu d’eau sur la page, on efface avec l’éponge, on sèche avec le microfibre et le tour est joué ! Cela vous demandera juste quelques minutes.

carnet whynote et sac vegane minipop sur acheterbio
Le tandem parfait, un carnet de notes réutilisable WhyNote et un sac végane minipop…

• Durable, malin et… Économique !

Cela fait quelques mois que j’utilise mon carnet et force est de constater que j’ai noirci beaucoup moins de post-it et autres carnets à usage unique depuis. Je garde encore mes carnets papier pour les notes que j’ai besoin de conserver pour la postérité, mais mon Whynote me suit désormais partout en interview et en reportage. Il n’est bien sûr pas seulement utile pour les journalistes. Il peut aussi servir pour tous ceux et celles qui se sont mis aux désormais célèbres bullet journals, ces carnets qui servent à mieux organiser son quotidien. Ils sont aussi parfaits pour les listes de courses, pour les to-do lists, pour noter des idées de recettes… De mon côté je lorgne sur le petit format, qui se transporte facilement dans un petit sac et que l’on peut avoir sous la main en permanence.

Le site propose, sur le même principe, des « memo post » repositionnables. L’occasion de se débarrasser de tous ces petits morceaux de papiers de toutes les couleurs que l’on jette sans se poser plus de questions. Le zéro déchet, ce n’est pas que dans la cuisine et la salle de bain, il faut aussi y penser au bureau !

cliquez ici pour en savoir plus sur la gamme de carnet réutilisables

cliquez ici pour en savoir plus sur la gamme de sacs véganes lin et cuir de liège de minipop

Cosmétiques pour bébé, la vérité qui fait désordre

Publié le

L’enfant, le nouveau-né, le bébé, la femme enceinte : dans notre société c’est la base de la vie. Autant dire des concepts sacrés, intouchables. Alors évidemment, quand une O.N.G. (organisation non gouvernementale) comme WECF (Women in Europe for a Common Future) met les pieds dans le plat en balançant les résultats d’une étude explosive comme celle qui est publiée aujourd’hui, ça fait du bruit. Tout y passe, du shampoing aux lingettes en passant par les lotions, aucun produit cosmétique pour bébé n’est épargné. L’association épingle un paquet de produits commercialisés par des marques réputées, qui, au passage prennent un sacré coup à leur image de marque. Est-ce que ça nous étonne ? Pas vraiment. Après le scandale des vêtements de sport, voilà aujourd’hui le rayon cosmétiques pour bébé…
cosmétiques pour bébé sur acheter bio

Substances à risques dans les cosmétiques pour bébé ?

Plus de trois cent produits ont été checkés par l’association indépendante qui est présente dans une cinquantaine de pays. Le rayon cosmétiques pour bébé, commercialisé en pharmacie, parapharmacie, hypermarchés et magasins bio a été passé au crible de l’étude et le résultat fait froid ans le dos. Près de 90% des produits sont composés d’ingrédients qualifiés « à risque élevé », selon les critères européens et français, notamment de l’ANSM (agence nationale de sécurité du médicament). Entre les lingettes qui contiennent un allergène par contact, certains ingrédients pouvant présenter des risques d’allergies sévères (dans certains parfums), le présence de conservateurs comme le phénoxyéthanol souvent montré du doigt par l’ANSM car il peut provoquer des crise d’urticaire ou de l’eczéma, sans même évoquer les risques cancérigènes, de fertilité…

C’est quand même assez ironique, non ? Une lingette destinée à la toilette de bébé qui contient un allergène salement toxique comme le méthylisothiazolinone, on pourrait presque en sourire mais là, franchement, non, on a aucune envie de rire. Mais ce n’est pas nouveau ! En 2013 UFC Que choisir avait publié une enquête sur le sujet. Cette enquête avait révélé, déjà à l’époque, que 94% des produits testés étaient potentiellement dangereux pour les nouveaux-nés. La vigilence est plus que jamais recommandée, sur les produits que nous consommons. Sur tous les produits, à toutes les étapes de nos vies.

Alors ? Des produits propres, ça existe ? Oui, ça existe et comme par hasard, c’est souvent dans les magasins bio, qui défendent une certaine éthique, qu’on les trouve. Un exemple, avec les lingettes Natracare commercialisées par Monde Bio, produit sain et propre par excellence, un produit certifié, ne contenant aucune substance chimique, aucun additif. Il en existe d’autres, des lingettes parfaitement naturelles ! Celles de Lulu nature en chanvre et coton bio ou Douce nature en coton bio, toujours chez Monde Bio. On ne le répètera jamais assez. Le bio est à portée de main et il ne coûte pas beaucoup plus cher que d’autres produits lambda du marché.

• illustration : publicité vintage pour le savon Cadum